Accueil > Grenier > Quelques valses

Quelques valses

dimanche 13 février 2011, par Effe.

Au premier temps de la valse,

Toute seule, tu souris déjà

Au premier temps de la valse

Je suis seul mais je t’aperçois

(J. Brel)

Chose curieuse que la composition. Personnellement, de nombreux airs me viennent sur trois temps, un deux trois, un deux trois, comme marquant une valse assez lente. C’est une signature très inspirante, de mon point de vue, et elle permet d’explorer sans se presser les nuances des mélodies. C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui trois valses issues de différents moments de travail.

En Terre du milieu

La première dans l’ordre, c’est la Valse pour un hobbit (2007). Elle est longue (7 minutes 33 secondes) car à l’origine, je l’avais arrangée pour servir de fond musical à une version audio du Seigneur des anneaux. Devant l’ampleur de la tâche, j’ai renoncé à enregistrer l’audio, et reste cette valse et deux autres fichiers audio dont je vous reparlerai peut-être une autre fois. La Valse pour un hobbit commence sans marquer le temps de la valse, et évolue entre flûte, hautbois et clarinette, soutenue par les indispensables cordes. Les changements sont lents, laissant à chacun la place de s’exprimer - même la harpe vient chanter un moment… Je conçois que ce morceau dure, mais je crois qu’il se tient dans son ensemble. Les instruments sont issus de la Vienna, version pour Gigastudio.

Light in the eyes of a child

La deuxième date de 2008 et est issue du travail sur les Larmes d’Artemis : Petite fille. C’est la version basique d’un thème qui sera utilisé plusieurs fois dans le film, pour marquer le fait qu’un souvenir la hante (lors d’une mission, l’héroïne a tué un enfant, une petite fille). Il est décliné en plusieurs instrumentation, plus ou moins complet, mais il est possible de le retrouver (cf vidéo n°5 sur cette page). Ici, je vous le propose au piano, avec un son issu de la modélisation d’un instrument de 1826 (piano C. Graf, par Pianoteq). La version est un peu ’mécanique’ parce que faite pour être exploitée rapidement dans le cadre d’une autre instrumentation ; elle n’était pas destinée à servir pour elle-même.

Une tartine pour la route

La troisième et dernière valse, Pour du Beurre, date de novembre 2010. Je pense que c’est la plus aboutie musicalement parlant, avec un thème qui évolue continûment tout au long du morceau. L’accompagnement par l’orchestre se veut discret, mais apporte je crois un soutien bienvenu. Cette valse est un cadeau offert à ma petite sœur pour ses 20 ans. Le piano est signé Pianoteq, et l’orchestre Gigastudio.

P.-S.

En bonus, les partitions des morceaux joués au piano. Je précise tout de suite que je n’ai aucune formation en solfège, et que de nombreuses annotations manquent sur ces partitions. Elles peuvent néanmoins servir de base pour travailler.

Site réalisé avec SPIP | Contact